Description du projet

ROBIN ET MARION

Création en septembre 2012

Robin et Marion, c’est une histoire de passion. Il fait chaud, on se pourchasse dans la nature sauvage, on se perd, on se trouve… Mais c’est aussi une histoire d’inconscience. L’histoire d’un humain qui ne se connaît pas, un humain qui agit non par sa simple volonté, ou par ses désirs dévorants, mais aussi par des événements futiles, par des accidents. Un humain qui dévale le long d’une pente irrésistible et qui ne parvient qu’au mieux à choisir sur quel obstacle il va s’écraser. Un humain naïf, partiel à lui-même, maladroit. Un humain inutile. Et beau.

Étienne Lepage

Mot de l’auteur

Robin et Marion, c’est une histoire étrange. Tout d’abord, il y a ces personnages curieux qui parlent directement, sans opposer de censure à ce qu’ils ressentent, mais qui ne sont pas impulsifs pour autant. La simplicité presque froide avec laquelle ils décrivent leurs émotions nous donne l’impression d’accéder non pas à leur inconscient, mais directement à leurs nerfs. Puis, il y a ce récit tordu qui refuse obstinément de prendre les chemins qui s’ouvrent devant lui, qui avance à reculons, qui défait tout ce qu’il place.

Les personnages qui l’habitent cherchent, se trompent, trébuchent, et au final, se retrouvent là où ils n’allaient pas. Ça donne des aventures comiques, mais qui étrangement ne font pas rire. Un sentiment de hasard inutile. L’inverse du destin. Je ne sais pas exactement pourquoi je l’ai écrite comme ça. Je suis cruel, je crois. Comme un enfant qui regarde des insectes et qui s’ennuie.

Étienne Lepage

Mot du programme

Chers spectateurs,

J’écris ce mot pour le programme le 21 août 2012. Il nous reste environ un mois avant que la première représentation ait lieu. La mise en place est presque complétée, ne reste que les trois dernières scènes. Je sors tout juste d’une réunion avec Alexandre Pilon-Guay, concepteur d’éclairages de la production et de presque toutes mes mises en scène. Nous venons de passer à travers toute la pièce en nous référant à l’enchaînement partiel qui a eu lieu la veille. Il m’expose ses idées, me demande des précisions, cherchons ensemble une solution si un noeud survient. Je lui propose une idée, ça lui fait penser à une autre et c’est celle qui sera finalement adoptée. En me proposant plus tard autre chose, il me donnera par ricochet une idée qui précisera un passage flou dans ma mise en place. Je la note en marge du texte pour m’en rappeler et l’appliquer ce soir en répétition. Et ainsi de suite. Une autre conversation artistique aura lieu demain matin avec Francis Rossignol, fidèle concepteur sonore sur toutes mes productions. Il revient de la campagne où il a capté d’autres sons nocturnes pour enrichir ce que nous avons déjà. La conversation avec Geneviève Lizotte, scénographe et Elen Ewing, son assistante au sujet du décor et des costumes a déjà eu lieu. Le décor est en train de se construire et nous avons tous très hâte de voir en grandeur nature la petite maquette qui nous a charmé il y a quelques mois. Je rencontre très bientôt Suzanne Trépanier qui a déjà plein de bonnes idées pour les maquillages et coiffures. Mélanie Demers, chorégraphe, viendra préciser ou pousser plus loin les mouvements des comédiens. La conversation avec ces derniers est toujours en cours et ne prendra fin que le 18 septembre où, avec confiance, les concepteurs et moi-même  leur laisseront ce terrain de jeu rigoureusement construit. Alexe Sutto, assistante et régisseure qui a (entre autres) pris en note toute la mise en place durant les répétitions, jouera en quelque sorte la forêt avec les acteurs en orchestrant les lumières et le son selon la partition des concepteurs. Cette petite ruche grouillante s’est démenée, se démène et se démènera avec joie pour incarner un magnifique texte d’Étienne Lepage: Robin et Marion.

Ce texte est un bijou, une petite merveille d’horlogerie.

C’est avec grande excitation et angoisse que j’ai mené le chantier de construction de son premier écrin car je ne doute pas qu’il y en aura d’autres, plusieurs et de toutes sortes. Merci pour cet immense privilège, Marie-Thérèse Fortin, Jacques Vézina et toute l’équipe du Théâtre d’Aujourd’hui, Annie Ranger et Marilyn Perreault du Théâtre INK. Renaud, Kim, Marilyn et Gabriel, c’est à vous ! Chers spectateurs, bonne soirée !

Catherine Vidal
Metteure en scène

Photos: Valérie Remise

Crédits

Coproduction
Théâtre d’Aujourd’hui et Théâtre INK

Texte
Étienne Lepage

Mise en scène
Catherine Vidal

Décor et costumes
Geneviève Lizotte assistée d’Elen Ewing

Lumières
Alexandre Pilon-Guay

Son
Francis Rossignol

Coiffures/maquillages
Suzanne Trépanier

Conseillère en mouvement
Mélanie Demers

Assistance à la mise en scène et régie
Alexandra Sutto

Interprètes
Kim Despatis, Renaud Lacelle-Bourdon, Gabriel Lessard et Marilyn Perreault

Date et lieux de présentation

18 septembre au 13 octobre 2012
Théâtre d’Aujourd’hui, Montréal