Description du projet

LE COEUR EN HIVER

Création en novembre 2015

Le cœur en hiver, c’est l’histoire de la petite Gerda qui part à la recherche de son ami disparu. Sur la route, aventures et embûches mettront son courage et sa détermination à l’épreuve. Elle retrouvera finalement son ami Kay auprès de la Reine des neiges, le cœur glacé, apaisé par un froid qui a tout gelé, ses joies comme ses peines. Gerda parviendra-t-elle à le convaincre de laisser fondre son cœur?

Le cœur en hiver interroge notre manière de réagir devant les difficultés qu’impose l’existence. Il s’agit d’un spectacle touchant et plein de vigueur qui nous réserve des surprises étonnantes et complexes, comme la vie.


Mot de l’auteur

J’ai écrit cette pièce sans penser à la marionnette, ni aux enfants, ni à la marionnette, ni aux enfants non plus. Parce que la marionnette n’a pas besoin qu’on écrive pour elle, et parce que les enfants n’ont pas besoin qu’on pense pour eux, et encore moins qu’on pense pour eux. J’ai plutôt écrit cette pièce en pensant qu’une rose est une chose magnifique, même si ses épines peuvent piquer jusqu’au sang. Non. Parce que ses épines peuvent piquer jusqu’au sang. Le monde est dur, et c’est pourquoi il faut l’aimer durement.


Extrait de mon cahier de mise en scène (intentions)

Quand André Laliberté du Théâtre de l’Oeil m’a invité à lui soumettre un projet de production, j’ai rapidement pensé à La reine des neiges de Hans Christian Andersen. Je suis de la génération de Raconte-moi des histoires, petit magazine rempli de contes vendu accompagné d’une cassette que mon père achetait à l’épicerie du coin. C’est là que j’ai lu/écouté la première fois La reine des neiges. Le décor hivernal, le parcours initiatique de Gerda, la galerie de personnages colorés et la fraternité touchante entre les deux enfants en ont fait un conte que je relisais souvent avec un plaisir toujours renouvelé.

Pour proposer le conte à André, je l’ai relu cette fois dans sa version longue. L’amour chrétien y apparaissait trop fortement par opposition à la froide intelligence. Un message qui me semblait plus que périmé… Je me suis donc tournée vers Étienne Lepage pour l’adaptation. Connaissant son penchant pour le conte et sa vive capacité à analyser une structure de texte, je lui ai demandé de l’adapter en changeant la direction  et la chute du conte. Et je crois sincèrement que nous sommes sur la bonne voie ! J’adhère complètement à la proposition d’Étienne et j’ai l’agréable impression  que nous pourrons offrir un spectacle riche et humaniste aux jeunes spectateurs.

Nous assistons donc à la quête de Gerda, partie à la recherche de son ami Kay disparu. Le petit Kay a suivi la Reine des Neiges parce qu’elle lui a promis de ne plus avoir froid, de ne pas voir les fleurs mourir à l’automne, bref d’échapper à la cruauté et les souffrances de la vie. Lorsque Gerda retrouvera Kay, après avoir traversé moult épreuves qui auraient pu la dissuader de poursuivre sa recherche, elle choisira de ne pas rester dans ce palais de glace où tout est gelé, endormi, où on ne ressent pas la souffrance ni les grandes joies. Elle ne cherchera pas à convaincre Kay de partir, elle respectera son choix. Gerda choisira d’embrasser la vie avec tout ce qu’elle comporte de beauté et de cruauté. J’aime beaucoup les notions de courage et d’effort qui se dégagent de ce choix.

La marionnette me semble un chemin évident pour moi. J’ai eu la chance de travailler avec le Théâtre de l’Oeil sur la production Ah la vache ! joué maintes et maintes fois. J’ai également conçu et joué une petite forme marionnettique dans le cadre de la production Naissances (NTE, 2010): Joseph-la-tache, une série de petites boîtes inspiré du travail de l’artiste visuel Joseph Cornell. J’ai l’impression qu’avec Le coeur en hiver, je poursuivrai un sentier qui attend d’être emprunté plus profondément.

Photos: Michel Pinault

Crédits

Production
Théâtre de l’Oeil

Texte
Étienne Lepage d’après La Reine des Neiges d’Andersen

Mise en scène
Catherine Vidal

Scénographie et marionnettes
Richard Lacroix

Lumières
Alexandre PiIon-Guay

Son
Francis Rossignol

Régie
Gilles Perron

Conseiller artistique
André Laliberté

Assistance à la mise en scène et conseiller marionnettique
Stéphane Heine

Interprètes/marionnettistes
Nicolas Germain-Marchand, Pierre-Louis Renaud, Estelle Richard et Karine Sauvé

Dates et lieux de présentation

25 au 29 octobre 2015
Théâtre de l’arrière-scène, Beloeil

5 au 22 novembre 2015
Maison Théâtre, Montréal
et autres lieux en tournée.